La méthode

La méthode est le point clé de cette expérience dont le principe est de faire émerger un avis collectif et éclairé, en opposition à l’opinion immédiate et non concertée sollicitée par exemple lors de sondages. Durant la phase de préparation de la Fabrique citoyenne, quatre dimensions ont fait l’objet d’une réflexion et d’une vigilance approfondies :

Le choix des sujets soumis à la Fabrique Citoyenne

Contrairement aux idées reçues, les jeunes ne s’intéressent pas uniquement aux problématiques qui leur sont propres : à l’instar de tous les citoyens, ils souhaitent pouvoir exprimer leur avis sur l’ensemble des grands questionnements qui traversent notre époque. C’est pourquoi, plutôt que de centrer la réflexion de la Fabrique citoyenne sur des enjeux « catégoriels », tels le logement des jeunes ou leur insertion professionnelle, Animafac a fait le choix de faire travailler les participants sur des sujets plus vastes et transversaux, permettant de dessiner les contours d’un véritable projet de société.

En les invitant à définir la société dans laquelle ils souhaitent vivre, nous leur avons soumis la question centrale qui doit, selon nous, guider le débat de la campagne présidentielle. Une fois ce parti-pris initial acté, il nous a semblé nécessaire de préciser quelques sous-thèmes qui feraient l’objet d’une exploration plus poussée. Cinq think-tank, l’Institut Montaigne, Terra Nova, la Fondapol, la Fondation Jean Jaurès et l’association pour la Fondation de l’écologie politique, nous ont accompagnés dans cette réflexion. Trois enjeux, qui nous semblent particulièrement intéressants et importants aujourd’hui, ont ainsi été arrêtés : l’école, la citoyenneté européenne, et l’économie.

La constitution du panel de participants

Afin de garantir un recrutement neutre et professionnel, Animafac a sollicité la Marketeraie, institut d’études de marché et d’opinion. Nous leur avons demandé de réunir un groupe de 40 jeunes, aux situations diversifiées, correspondant à quelques caractéristiques majeures de la jeunesse de France.

Compte-tenu de « l’allongement » de la jeunesse, qui se caractérise par un accès à l’autonomie plus tardif et des trajectoires moins linéaires, nous avons souhaité recruter des personnes de 16 à 30 ans. Nous avons également été attentifs à l’équilibre filles/garçons, à la diversité géographique des participants, à leurs situations scolaires et professionnelles, ainsi qu’à leur sensibilité politique, afin de constituer un groupe porteur d’opinions pluralistes.

La définition du programme des travaux

Les six journées de travaux de la Fabrique Citoyenne ont été organisées en trois séquences  successives :

–    Une première journée de débat, en groupe entier, s’est centrée sur les deux questions génériques : dans quelle société souhaitons-nous ? Quels changements peuvent être amorcés dès les cinq prochaines années ?

–    Quatre journées thématiques ont suivi. Par tirage au sort, les 40 participants ont été répartis équitablement au sein de trois groupes. Chacun d’eux a approfondi un des thèmes choisis : école, citoyenneté européenne, économie. Dans tous les cas, les journées ont été construites à l’identique : formation à travers l’audition d’experts présentant des positions contradictoires, débats entre les participants, puis élaboration de propositions.

–    Une journée a enfin été consacrée à la délibération finale. Les propositions construites dans chaque groupe ont alors été soumises à l’ensemble des participants. Un vote a ensuite été organisé. Seules les propositions réunissant une majorité qualifiée de votes positifs (2/3 des participants) ont été validées et retenues dans l’avis final.

La neutralité et la qualité de l’animation des débats

L’animation des dispositifs de démocratie participative nécessite la mobilisation de  tiers indépendants, garants de la neutralité et de la qualité des débats. L’équipe de Missions Publiques, spécialiste des questions de participation, nous a ainsi fait bénéficier de son savoir-faire et de sa légitimité, en mobilisant six animateurs expérimentés qui ont veillé à fluidifier les échanges et à faciliter les prises de paroles. Plus largement, Missions Publiques nous a conseillés tout au long du projet, du cadrage des trois sujets jusqu’à la production de la synthèse, afin de définir une méthodologie rigoureuse et efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *